Navigation







Ecrivains - Romancier - Poètes - Littérateurs

HAUTERIVE-BLANC LA NAUTE Alexandre Maurice, comte d’ (1754-1830)

23eme division
mardi 20 février 2007.
 

Littérateur et consul de France

Alexandre Maurice Blanc de Lanautte, Comte d’Hauterive, homme d’état et diplomate (1754-1830) français, voit le jour à Aspres (Hautes-Alpes), le 14 avril 1754.

Il fait ses études à Grenoble, où il est devenu professeur. Plus tard, il attire l’attention du duc de Choiseul, qui l’a invité à lui rendre visite à Chanteloup près d’Amboise (Indre & Loire).

Hauterive a ainsi rencontré les grands hommes qui ont rendu visite au duc, et un de ces derniers, le comte de Choiseul-Goiffier, suite à sa nomination comme ambassadeur à Constantinople en 1784, l’a pris avec lui.

Hauterive a été enrichi pendant un certain temps par son mariage avec une veuve, Madame de Marchais, mais, le couple est ruiné par la révolution française.

En 1790, en récompense de son application et de ses qualités, il reçoit le poste de consul à New York.

Mais, sous le consulat, il est accusé de détournement et rappelé. Mais, cependant, aprés enquète il s’est avéré que la charge est fausse, et les accusations mensongères. Malgré cela, il ne retrouve pas son poste.

En 1798, il tente un essai d’affermage en Amérique, Hauterive a été nommé à un poste dans le bureau étranger français. Dans cette capacité il fait sensation en publiant l’ouvrage, L’Etat de la France (1800), qui avait été demandé par Napoleon Bonaparte, comme manifeste aux nations étrangères, après le coup d’état du 18 Brumaire.

Ce livre lui fait gagner la confiance de Bonaparte, et est dorénavant employé en élaborant plusieurs importants documents. En 1805 il a été fait à un Conseiller d’état et à membre de la Légion d’honneur.

Entre 1805 et 1813 il devient plus d’une fois temporairement, le ministre des affaires étrangères. Il a essayé, vainement, d’employer son influence pour modérer la politique de Napoleon, particulièrement en matière de l’Espagne et du traitement du pape.

En 1805, une divergence de vues avec Talleyrand sur la question de l’alliance autrichienne, que Hauterive a favorisée, amène à son retrait du ministère des affaires étrangères. Il est alors nommé Garde des archives du même département.

Dans cette capacité il a effectué un travail très utile, et après que la restauration, il continue à ce poste sur demande du duc de Richelieu, son travail est reconnu par son élection en tant que membre des inscriptions et des Belles-Lettres de l’Académie en 1820.

Il est mort à Paris le 28 juillet 1830, pendant les Trois Glorieuses. Il repose dans la 23e division.

Sources : Encyclopédie Universalis, 1983.

Wikimédia Commons (2016)