Navigation







Commune de Paris (26 mars - 28 mai 1871)

AMOUROUX Charles (1843-1885) (76)

76eme division (1ere ligne, k, 37)
lundi 19 février 2007.
 

Membre de la Commune

Charles Amouroux voit le jour à Chalabre, dans l’Aude, en 1843. Il fut membre de la Commune de Paris. Issu d’un milieu modeste, il fut tout d’abord, ouvrier chapelier, c’est un opposant syndicaliste actif au Second Empire ce qui lui vaut de nombreuses condamnations et le contraint à s’exiler en Belgique.

Après la proclamation de la République, le 4 septembre 1870, il est membre de la Garde Nationale et est élu à son Comité central. Il est membre de l’Association internationale des travailleurs. Il est élu au Conseil de la Commune par le IV eme arrondissement. Il est nommé secrétaire du Conseil, puis est chargé des Relations extérieures. En cette qualité, il accomplit des missions à Lyon, Saint-Etienne, Marseille et Toulouse. Les Versaillais l’arrêtent le 21 mai, mais il réussit à s’évader du ponton en rade de Brest. Repris, il est condamné, en juin 1872, aux travaux forcés à perpétuité et déporté en Nouvelle-Calédonie.

En 1878, il participe à la répression de la révolte des Canaques comme la plupart des ex communards déportés en Nouvelle Calédonie, et est gracié en mai 1880. Revenu en France il devient journaliste au Mot d’Ordre puis au Radical.

En 1881, il est élu conseiller municipal du quartier de Charonne à Paris. En mai 1885, il est élu député d’extrême-gauche par le département de la Loire.

Il meurt de phitsie quelques semaines après à Paris en 1885. Sa tombe est ornée d’un médaillon en bronze par DALOU. C’est une concession gratuite par arrêté préfectoral en date du 27 mai 1885.

Sources : Dictionnaire de la Commune, Bernard Noël, Flammarion,1978.