Navigation







Révolution - Empire - Restauration - Monarchie de juillet

DUPUY André Julien, comte de l’Empire (1753-1832)

45eme division
jeudi 15 février 2007.
 

Conseiller au Chatelet

Administrateur des comptoirs

français de l’Inde

Né le 13juin1753 à Brioude. Il commença ses études au collège de Clermont et vint les achever à Paris. Elles furent brillantes. Ses talents précoces le firent nommer conseiller au Châtelet en 1775. Le ministre de la marine, de La Luzerne, le présenta à Louis XV qui le nomma intendant des îles françaises à l’est du cap de Bonne-Espérance.

Il justifia le choix du ministre et se montra durant les 9 années qu’il exerça ses fonctions, administrateur juste et désintéressé. Dupuy était à l’île de France, où il épousa la veuve d’un officier de marine, pendant la tourmente révolutionnaire et quoique les relations avec la France fussent interrompues, il sut lui conserver cette importante colonie, qu’il quitta en l’an VIII. A son arrivée à Paris, il fut attaché au comité de la marine, où son expérience devait lui être utile.

Le Premier Consul le nomma secrétaire d’ambassade au congrès d’Amiens. Dans cette nouvelle et délicate mission, il contribua à la conclusion du traité qui donna un instant de paix à la France. Le Premier Consul l’appela ensuite au Conseil d’Etat. Il fut créé membre de la Légion d’honneur le 9 vendémiaire an XII et commandant de l’Ordre le 22 prairial suivant.

Il avait été nommé vers le même temps préfet colonial des îles de France et de La Réunion, mais la guerre était à nouveau déclarée et il ne peut retourner dans un pays où l’attendaient de si honorables souvenirs. Dupuy présida 2 fois le collège électoral de la Haute-Loire.

L’Empereur le fit entrer au Sénat le 28 mars 1806 et lui conféra le titre de comte en 1808. Il vota la déchéance de Napoléon et devint Pair de France à la première Restauration. En 1816, Louis XVIII le nomma gouverneur général des établissements français dans l’Inde.

Le 17 mai il s’embarqua à l’île d’Aix pour Pondichéry. Le vaisseau qui le transportait mouilla à l’île de France et Dupuy y reçut les témoignages les plus touchants et les plus vrais de l’affection des colons, une députation se rendit à bords pour le complimenter. A Pondichéry, il se montra tel qu’il avait toujours été, administrateur intègre et éclairé, aussi sut-il, comme à l’île de France, mériter l’estime de tous les habitants.

Une maladie grave ayant mis ses jours en danger, la consternation régna dans la ville et lorsque son rétablissement fut annoncé, on chanta un te Deum, la ville fut illuminée, les Indiens dans leurs pagodes, les Mahométans dans leurs mosquées adressèrent des vœux et des actions de grâce en faveur de cet heureux événement. Dupuy ne pouvait point espérer se rétablir complètement sous le climat de l’Inde, il demanda son rappel et vers la fin de 1823, il quitta Pondichéry au milieu des preuves les plus sincères de respect et de reconnaissance.

A son retour, il reprit son siège à la Chambre des Pairs. Il est mort à Paris le 6 janvier 1832. Il est inhumé dans la 45e division.