Navigation







Inspiratrice de l’unité italienne

CASTIGLIONE Virginia, comtesse Vérasis de (1837-1899)

85ème division (2eme ligne)
vendredi 9 septembre 2005.
 

"CARMELITE DE LA BEAUTE"

Virginia Oldoïni comtesse Vérasis de Castiglione est née à Florence le 22 mars 1837. Ce fut une femme d’une grande beauté, comme l’attestent les portraits que l’on connait d’elle.

C’est en janvier 1856 qu’elle arriva à Paris avec son mari dans un but bien précis : séduire l’Empereur Napoléon III, mettre sa beauté au service de son pays en pleine unification et servir ainsi la cause de l’indépendance Italienne.

Elle s’installa dans un appartement de la rue qui porte son nom, au coin de la rue du Mont-Thabor.

Elle réussit sa mission au delà de toute espérance, se faisant aimer de l’Empereur et apportant ainsi à Cavour et Victor-Emmanuel l’unité de la péninsule Italienne.

Sa personnalité axée sur sa beauté l’a rendue insupportable à bien des contemporains.

Vieillissante, ne supportant plus la déchéance des ans, elle habilla tous ses miroirs de voiles et devint, selon son expression, une "Carmélite de la beauté". Elle fut chassée de son appartement par le joaillier Boucheron, soucieux d’agrandir ses locaux. Elle ne recevait plus personne, hormis Arthur Hugenschmidt qu’elle appelait "l’enfant", bien qu’elle nia toujours être sa mère. Elle fut l’inspiratrice de nombreux écrivains.

Elle mourut à Paris, rue Cambon, le 28 novembre 1899. Ses dernières volontés ne furent pas respectées, notamment celle d’être enterrée avec la robe de chambre qu’elle portait lors des visites de l’Empereur. Sa tombe, longtemps à l’abandon, a été restaurée grâce au prix Grinzane Cavour (Turin) et une plaque fut déposée le 28 novembre 1999.

Crédit photos : Annie_photo (APPL 2008)