Navigation







Ancien régime - XVIIe siècle (transféré en 1817)

LA FONTAINE Jean de, fabuliste (1621-1695)

25eme division
lundi 29 janvier 2007.
 

Fabuliste et poète

Jean de La Fontaine voit le jour à Château-Thierry, le 8 juillet 1621. Maître des Eaux et Forêts, protégé de Fouquet qui lui fit une pension, chez qui il habita pendant sept années et à qui il resta fidèle dans sa disgrâce.

Il habita ensuite pendant vingt ans chez Mme de la Sablière, puis chez M. d’Hervart. La Fontaine fut aussi protégé et pensionné par le duc de Bourgogne, les princes de Conti et de Vendôme. Le Roi Louis XIV fut à son égard toujours indifférent et ne semnla guère gouter son talent, ni sa vie quelque peu agitée et dissolue pour les critères de l’époque.

La Fontaine fréquenta le salon de Ninon de Lenclos, fut un «  ancien », et l’ami de Boileau,Jean Racine et Jean Baptiste Molière. Sa continuelle distraction et sa bonhomie sont célèbres. L’illustre fabuliste a composé deux cent trente neuf fables qui le placent au premier rang dans notre littérature nationale mais qui furent peu goûtées dans son temps, l’heure n’étant pas aux leçons de morales ou de gouvernement.

La Fontaine fut également auteur dramatique, mais ses oeuvres en ce domaine, n’ont guère survécues à leur auteur. Il est élu à l’Académie Française en remplacement de Colbert en 1683, contre Boileau que préférait le Roi Louis XIV, son admission resta suspendue jusqu’à la vacance suivante. Mais, Boileau ayant été nommé cette fois, Louis XIV donna son approbation pour les deux élus en date du 24 avril 1684.

Jean de La Fontaine fut reçu par l’abbé de La Chambre le 2 mai 1684. Son discours de réception fut très élogieux pour Colbert et ne se ressentit en rien de l’indifférence que ce ministre lui avait toujours témoignée. Il fut très assidu aux séances de l’Académie, il essaya avec Boileau et Racine d’obtenir la soumission de Furetière.

A la suite d’une maladie grave et sur l’insistance du confesseur appelé à son chevet, il fit sa contrition d’avoir écrit les Contes, en présence d’une délégation d’académiciens.

Il renouvela l’expression de son repentir à l’Académie même, après sa guérison. Jean de La Fontaine s’est éteint à Paris le 13 mars 1695. Il fut inhumé au cimetière des Innocents.

En 1817, afin de promouvoir le cimetière de l’Est, dit du Père Lachaise, on transféra ses restes (supposés) auprès de ceux de Molière, sur un terre plain de la 25eme division, dans un sarcophage de pierre comportant des bas-reliefs représentent Le Loup et l’agneau et le Loup et la cigogne. Quoi qu’il en soit, ces deux tombeaux sont parmi les plus visités du cimetière.

Crédit photo : Annie_photos (APPL 2008)