Navigation







Présidents de la IIIe République

FAURE Félix-François (1841-1899)

4ème division (1ere lignge, AA, 17)
lundi 12 septembre 2005.
 

Président de la République

C’est le second Président de la République inhumé au Père-Lachaise aprés Adolphe Thiers. Rien ne semblait prédestiner ce négociant en peausserie à la plus haute fonction de l’état.

Pendant la guerre de 1870-71, il fut commandant des Gardes Mobiles. Aprés les hostilités, il devint Président de la chambre de commerce. Elu député du Havre, il fut nommé Sous-Secrétaire d’Etat aux Colonies, puis accéda à la vice-présidence de la chambre.

Il fut l’un des artisans, au point de vue extérieur, de l’Alliance Franco-Russe, et reçut en France l’Empereur Nicolas II et la Tsarine (auxquels il rendit visite en Russie). Ce fut pendant le dernier de ses voyages, d’un trés grand retentissement, que l’Alliance Franco-Russe fut proclamée lors de toasts devenus historiques échangés à Cronstadt le 28 août 1897. Il fut également le Président lors de l’affaire Dreyfus, et c’est à lui qu’Emile Zola s’adressa dans son célèbre "J’accuse".

L’homme portait beau et collectionnait les succès féminins : sa dernière liaison lui fut fatale. Le 16 février 1899, le président de la République succomba dans les bras de sa maitresse à une supposée crise cardiaque. On crut alors qu’il s’agissait de Cécile Sorel, et on ne sut que dix ans plus tard qu’il s’agissait en fait d’une demi-mondaine dénommée Marguerite Steinheil, épouse d’un peintre renommé (elle fut accusée quelques années plus tard d’avoir assassiné son mari, mais fut acquittée).

Couronne de fleurs du Tzar

Elle a laissé un petit volume de mémoires où elle se dépeint comme une conseillère occulte du président, se donnant un rôle quasi diplomatique(sic), argumentant ainsi de sa présence à l’Elysée. Des histoires et des réflexions coururent trés vite concernant ce décès, la plus virulente étant celle de Georges Clémenceau : " Il voulait être César, il ne fut que Pompée....". Ce dernier précisa en outre : "Félix Faure est retourné au néant, il a dû se sentir chez lui".

Le tombeau de Felix Faure, sur lequel il est représenté en gisant enveloppé dans les plis du drapeau, est du sculpteur Saint-Marceaux.

La mort de Félix Faure (L’Illustration 1899)

Le 16 février 1899, Félix Faure, président de la République, meurt d’un accident vasculaire cérébral.

Plus célèbre pour sa mort que pour sa vie, il est surnommé de son vivant le président-soleil à cause de son goût immodéré pour le faste.

A 22h00, le 26 février 1899, Félix Faure est retrouvé mourant dans le salon bleu du Palais de l’Elysée dans les bras de sa maîtresse, Marguerite Steinheil, épouse volage du peintre Adolphe Steinheil.

La gravure ci-dessus provenant de l’Illustration du 25 février qui décrit les derniers instants de l’homme avec autour de lui : le docteur Bergeroti, le docteur Lannelongue, le général Bailloud, Monsieur Le Gall et Charles Dupuy E. A. Tilly et L. Sabattier. "L’Illustration du 25 février 1899 : les derniers moments du Président Félix Faure, à l’Elysée"

Crédit photos : Annie-photos (APPL 2008)